[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le jardinage biologique ne consiste pas uniquement a remplacer des produits chimiques comme les engrais artificiels et les pesticides par des produits plus natu­rels. Il concerne un champ beaucoup plus large, aussi bien en théorie qu’en pratique.

Les principes
L’approche écologique reconnaît la merveilleuse mécanique de notre monde vivant : les connexions détaillées et complexes qui relient tous les organismes vivants. Elle consiste à travailler au sein de ce cadre délicat, en harmonie avec la nature.

Nourrissez le sol
Les engrais traditionnels sont généralement solubles, et leurs éléments directement disponibles pour les plantes. En revanche, le bio repose sur l’action des petites bêtes qui vivent dans la terre pour nourrir le, plantes. Aussi incroyable que cela puisse paraître, une seule cueillere à café de terre fertile peut renfermer plus de bactéries et de champignons que la terre compte d’habitants. Ces micro-organismes invisibles à l’œil nu transforment le compost, le fumier et d’autres matières organiques ajoutées au sol, tout en fournissant aux plantes un apport régulier pour croître et se développer. Leurs activités contribuent améliorer la structure du sol. Nourrie de la sorte, la terre donne des plantes plus saines, plus fortes, qui sont par conséquent non sensibles aux attaques des ravageurs et aux maladies.
La lutte naturelle contre les nuisibles Tous les petits animaux comme les oiseaux, les batra­ciens et les insectes risquent, quelle que soit leur taille, d’être attaques par les nuisibles et les maladies. Ils font partie d’une grande chaîne alimentaire.
Les coccinelles s’attaquent aux pucerons verts, les grives musiciennes mangent des escargots et les cra­pauds raffolent des limaces. Ainsi va la nature. Tous les partisans du biologique font en sorte d’attirer la faune utile, ces véritables anus du jardinier. Mais il existe également d’autres stratégies dans la pratique écologique : barrières, piéges, variétés de plantes résistant aux nuisibles et aux maladies, associations benthiques et rotation des cultures. Ce sont juste quelques-unes des techniques qui, seules ou combinées, fournissent de réelles alternatives a l’utilisation des pesticides.

Les légumes issues du mode de culture biologique sont plus riche en antioxydants

Les légumes issues du mode de culture biologique sont plus riche en antioxydants

Des mauvaises herbes bien utiles
Les mauvaises herbes sont intéressantes pour accroître le tas de compost ou pour nourrir la faune, cepen­dant elles risquent aussi d’étouffer des plantes, de les concurrencer pour l’eau et les éléments nutritifs, et de gâter l’aspect d’un sentier ou d’un massif. Il n’existe pas de désherbants bio en spray, mais il y a beaucoup de solutions efficaces pour nettoyer un sol envahi d’herbe ou pour combattre les mauvaises herbes : le binage, le paillage, la culture, le désherbage manuel et la chaleur utilisée sous forme de flamme ou de brûleur à infrarouge. Il suffit juste de choisir la méthode la plus adaptée aux circonstances.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*