[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Un tas de compost permet de se débarrasser des déchets de la cuisine et du jardin ; le compost de jardin est une vraie petite usine qui produit un amendement fertile de première qualité.

Tout jardin devrait comporter au moins un tas de compost.
La fabrication de compost apparaît souvent comme un art complexe, mais il n’en est rien. Ce sont les organismes du sol, vers et microbes, qui, comme par magie, entreprennent le processus de décomposition des déchets en compost. Il suffit de fournir un mélange adéquat d’ingrédients et de les laisser se transformer.

Le produit fini Le compost de jardin est un amendement riche, foncé, avec une agréable odeur de terre lorsqu'il est mûr.

Le produit fini
Le compost de jardin est un amendement riche, foncé, avec une agréable odeur de terre lorsqu’il est mûr.

Où faire votre compost ?
Votre compost peut se présenter comme un simple tas couvert au fond du jardin, mais un silo à compost à l’aspect plus soigné sera plus facile à entretenir. Disposez-le à même la terre nue ou sur la pelouse, et non sur une surface en matériau dur comme un dallage. Peu importe que le tas de compost soit au soleil ou à l’ombre, il doit surtout être accessible et entouré d’un espace suffisant pour y ajouter des matières, les enlever et les retourner.
Mieux vaut avoir un tas assez gros, mais choisissez surtout un volume adapté à vos besoins. Dans un grand jardin, plusieurs tas seront nécessaires. Si vous ne produisez pas beaucoup de déchets de jardin, mais que vous souhaitez tout de même décomposer les épluchures de légumes et de fruits, la solution consiste à ajouter papiers et cartons (voir page suivante) ou à faire appel à l’action des vers de terre au sein d’un lombricompost.

Que composter ?
Les principaux éléments d’un tas de compost sont les mauvaises herbes, les déchets de tonte et autres détritus végétaux, ainsi que les épluchures de fruits et de légumes de la cuisine. Vous pouvez ajouter d’autres éléments comme de la paille. Tout ce qui est vivant se décompose, mais évitez certains composants pour des raisons sanitaires ou pratiques.

Les « verts » et les « bruns »
Un bon compost est un mélange de différents éléments. Les matières vertes pleines de sève, comme les déchets de tonte, pourrissent rapidement et deviennent une sorte de vase malodorante. Il faut donc les associer à des déchets secs, coriaces, lents à pourrir comme les plantes de massif fanées qui, en apportant la fibre nécessaire, structurent le compost. De nombreux déchets dégradables comprennent une bonne part des deux catégories. Avec l’expérience, vous reconnaîtrez le bon mélange. Si le contenu du tas de compost a tendance à être humide et malodorant, ajoutez-y davantage de déchets secs et coriaces ; s’il est sec, au contraire, complétez-le avec des déchets verts, plus humides.

Un compost riche en fibre
Un des principaux problèmes de la fabrication du compost, notamment dans un petit jardin, est le manque de déchets secs, coriaces, pour compenser les matières vertes parmi lesquelles prédominent les restes de cuisine. Pour rétablir l’équilibre des éléments requis, utilisez tous les restes de papiers — journaux, cartonnages, sacs en papier, boîtes à œufs, etc. —, déchirés en petits morceaux et mis sur le tas. Les proportions idéales sont une part de déchets verts pour une part de papiers divers. Le processus de décomposition est lent, mais ne requiert aucun soin particulier.

Un activateur de compost
Les déchets verts, qui pourrissent rapidement, activent le tas de compost. En règle générale, ils suffisent à assurer une décomposition parfaite. Si vous n’obtenez pas de bons résultats, incorporez un activateur de compost que vous trouverez dans le commerce ; assurez-vous qu’il est bien labellisé bio.

Quels déchets choisir pour votre compost ? Vous pouvez recycler sur le tas de compost une diversité considérable de déchets bio. Pour de grandes quantités de matières marquées *, il vaut mieux les laisser se décomposer à part. Parmi les autres éléments à jeter sur le tas de compost, figurent la cendre de bois et les coquilles d’œufs.

Veillez à ne pas y mettre :
· les restes de viande et de poisson ;
· le verre et les boites de conserve ;
· les excréments de chien ;
· la litière de chat souillée ;
· les couches jetables ;
· la cendre de charbon et de coke ;
· les plastiques ;
· les fibres synthétiques.

Ce qui peut donner du compost :
Des épluchures de fruits et de légumes ; de la paille ancienne ; des mauvaises herbes ; des plantes de massiffiétries ;
des déchets herbacés de taille de haies ; des fleurs à bouquets fanées ; des litières de lapin et de hamster; des déchets
de tonte de gazon, et quelques feuilles de papier journal froissées.

Les « verts »: à décomposition rapide Déchets de tonte.
Feuilles de consoude. Fumier de volaille (sans litière).
Jeunes mauvaises herbes. Jeunes plantes.
Orties.

Les intermédiaires
Déchets herbacés de taille de haies. Épluchures de fruits et de légumes. Feuilles de rhubarbe.
Fleurs coupées.
Fougères.
Fumier d’animaux avec litière.
Litières d’animaux domestiques herbivores. Marc de thé et de café.
Mauvaises herbes vivaces. * Restes de plants de légumes. Sachets de thé.

Les « bruns » à décomposition lente
Cartons, boîtes à œufs, sacs en papier et tout ce qui est à base de papier chiffonné. Déchets de hales persistantes, coriaces.* Déchets de taille ligneux. *
Feuilles d’automne. *
Journaux.
Paille desséchée.
Plantes de massif anciennes.
Tiges de légumes coriaces.
Tiges herbacées.

Une place pour le tas de compost
Au jardin d’ornement, dissimulez le silo à compost dans un coin ; au potager, placez-le au milieu des planches.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*