[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le traitement dépendra du type de sol, de la façon dont il a été entretenu dans le passé, des plantes qui y poussent et de ce que vous souhaitez y cultiver.

Si vous choisissez, par exemple, pour un sol pauvre et très drainant des plantes résistant à la sécheresse, vous n’aurez pas grand-chose à faire. Un pré de fleurs sauvages, qui se satisfait d’un sol pauvre en éléments nutritifs, sera rapidement envahi par d’autres espèces si vous vous mettez à l’enrichir. D’un autre côté, il vous faudra déployer beaucoup d’efforts pour améliorer un sol argileux compact dans le jardin d’une maison récemment construite. Des arbustes plantés en sol riche ne demanderont rien de plus qu’un paillis organique de temps en temps, tandis qu’un carré de légumes se révélera beaucoup plus exigeant.

Prendre soin du sol au jardin est primordial pour le jardinier bio.

Prendre soin du sol au jardin est primordial pour le jardinier bio.

L’approche bio
Pour entretenir le sol de façon écologique, il convient, au fur et à mesure des besoins, d’associer l’utilisation d’une bonne pratique horticole à l’emploi de matières organiques consistantes (compost, fumier animal ou engrais vert), enrichies d’engrais organiques (produits naturels d’origine animale, végétale ou minérale). Tout en améliorant le sol, ces produits biologiques, souvent des déchets recyclés, évitent la pollution que provoquerait leur destruction par l’enfouissement ou le feu. Suivant l’exemple de la nature, les jardiniers bio recyclent les déchets végétaux et animaux, ils entretiennent le sol au lieu de nourrir directement les plantes. Les organismes du sol décomposent les matières organiques souterraines. Ce processus améliore la structure du sol et libère les éléments nutritifs. Sain, un sol biologiquement actif se prête parfaitement à diverses cultures.

Des amendements consistants
Étant donné leur origine vivante, les matières organiques renferment une grande diversité d’aliments et d’oligoéléments essentiels pour les plantes, si on les compare avec les engrais artificiels et leur gamme limitée et rapidement soluble d’éléments nutritifs, qui n’ont aucune action sur la vie souterraine ou la structure du sol. Ces matières organiques sont enfouies ou disposées sous forme de paillis (voir page suivante). Les plantes cultivées de cette manière sont plus résistantes aux nuisibles et aux maladies ; un compost biologique a en effet la propriété de les expulser du sol.

UN ENTRETIEN BIO DU SOL
· Nourrissez le sol
. De bonnes doses d’amendement bio nourrissent les organismes qui agissent sur la structure et la fertilité du sol.
· Marchez avec précaution. Dans un sol tassé mal aéré, les racines pénètrent mal et l’environnement est défavorable aux organismes du sol.
· Bêchez uniquement si nécessaire. Le bêchage est utile, mais peut détruire la structure du sol.
· Couvrez le sol. Une couverture de plantes ou un paillis protège la structure du sol.
· Attention aux excès d’engrais. Un excès d’engrais cause davantage de problèmes qu’un manque d’engrais. Tenez compte de l’état des plantes pour toute fertilisation.
· Vérifiez le pH avant de chauler. Un chaulage inadéquat peut bloquer les éléments nutritifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*