[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le fumier d’origine animale, provenant des volailles ou du bétail – chevaux et chèvres notamment -, est une source traditionnelle d’engrais pour un jardin bio.

Le compost est plus intéressant, associé à une litière (paille) ; l’amendement qui en résulte, d’une fertilité moyenne à élevée, apporte des fibres, idéales pour l’amélioration de la structure du sol, et des éléments nutritifs pour les plantes.
Dans le fumier, l’urine, principale source de nutriments, riche en azote et en potassium, est absorbée par la litière (voir page précédente). Le lessivage des éléments nutritifs se produit facilement lorsque le fumier n’est pas stocké sous abri. Dans le fumier de volaille, les petites taches blanches sur les crottes indiquent la présence d’urine et, en conséquence, la richesse de l’engrais.

Apport de fumier d'animaux  sur une parcelle du jardin bio

Apport de fumier d’animaux sur une parcelle du jardin bio

Où vous le procurer ?
Les agriculteurs bio recyclent le fumier de leur ferme. Tout fumier provenant d’ailleurs risque d’être pollué par des résidus de produits vétérinaires. En l’absence de ferme bio dans le voisinage, essayez de vous procurer du fumier dans une petite exploitation où les animaux sont élevés en plein air, bien loin des véritables « usines » de production animale. Méfiez-vous du fumier de cheval renfermant des vermifuges dont les agents pesticides restent actifs au moins deux
semaines. Si vous utilisez ce type de fumier, renseignez-vous sur la date du dernier traitement.

Comment le stocker ?
Avant de l’utiliser, il faut que votre fumier soit transformé en compost ou dans un état de pourriture avancée. Cela permet de stabiliser ses nutriments qui, sinon, risqueraient d’être lessivés par la pluie, et d’éviter tout risque de brûlure. Vous pouvez l’ajouter à un tas de compost ou, s’il est mélangé à de la paille, en faire un tas à part. Si le fumier de poule ne contient pas de litière, portez-le sur le compost ou entassez-le en forme de meule, mélangé à de la paille.

COMMENT FAIRE UN TAS DE FUMIER ?
· Empilez le fumier â un endroit où il peut rester plusie urs mois sans être déplacé.
· Si la litière est sèche, détrempez-la bien.
· Piétinez le tout.· Recouvrez d’un film étanche.
· Laissez reposer le tout 6 mois – ou 3 mois s’il s’agit d’une source organique -, afin que tout produit polluant puisse se dégrader. Si la litière se compose de copeaux de bois, attendez au mois 1 an.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*